BIO

Au départ, il y a les images de Raymond Depardon et Daido Moriyama, mes premiers coups de cœur photographiques.  Plus tard, j’ai découvert que la photo pouvait être narrative, qu’il n’y avait pas besoin de choisir entre le texte et l’image, et cela m’a amenée à la photographie documentaire. 

Mon premier projet dans ce sens, Habitats invisibles, abordait le thème de l’immigration à travers la question du logement, un sujet qui m’est cher car je retrouve, dans les histoires de ceux que je photographie, un peu de celle de ma famille. 
Dans mon dernier projet , consacré au mouvement pro-démocratie à Hong-Kong,  je tente de rendre compte de la mutation profonde d’un territoire.  

Mes photographies ont été exposées sur le site de la revue Corridor Elephant en juin 2019. 

« Je marche au hasard. La ville s’épaissit. Il dit qu’il n’y a pas d’instant décisif. Il y a un flux d‘images. Des histoires qui se donnent. Et des moments de porosité. Il dit cela souvent. « Sois poreuse et n’attends rien. » » (L’Imprudence, Loo Hui Phang

 

 

 

Scroll to top